La Trans’Oise, projet ambitieux de développement durable

Contenu de la page : La Trans’Oise, projet ambitieux de développement durable

La mobilité durable est une déclinaison du terme de développement durable, appliquée à tout ce qui est lié aux moyens de transport et à la mobilité, en général.
Le concept de la mobilité durable est de concilier la mise en place de déplacements moins dévastateurs pour l’environnement – donc des transports plus écologiques – tout en gardant à l’esprit que ces déplacements doivent pouvoir être applicables à tous, donc économiques et faciles d’accès.

En 2005, l’Assemblée du Conseil général de l’Oise, dont est membre Patrick Deguise, Maire de Noyon, a décidé de créer une voie de circulation douce traversant tout le département de l’Oise, d’est en ouest et du nord au sud appelée Trans’Oise. La Trans’Oise, axe de déplacement doux, multi-usages et interdit aux engins motorisés, sera réservée aux piétons randonneurs, cyclistes, cavaliers et rollers et accessibles aux personnes à mobilité réduite. D’un tracé de 240 km, traversant près de 70 communes, 2 communautés d’agglomération, 15 communautés de communes et le parc régional Oise - Pays-de-France, la Trans’Oise desservira les principales villes isariennes historiques, culturelles et économiques : Beauvais, Clermont, Compiègne, Creil, Chantilly, Senlis, Compiègne, Ermenonville et Noyon.

Carte Trans
Carte Trans’Oise/ Noyon
  1. Sempigny-Appilly Le premier tronçon de 11 km relie Sempigny à Appilly via le canal latéral à l’Oise.
  2. Pont-l’Evêque-Libermont Le second tronçon, d’une distance de 17 km, relie la Somme par le futur canal Seine - Nord Europe (S-NE) jusqu’à Libermont. Ce chantier sera mené en tenant compte du projet d’aménagement du canal S-NE, afin de n’aménager que les tronçons n’utilisant pas ce nouveau canal.

Répondre à cet article

A noter

La Trans’Oise sera réalisée dans le respect de l’environnement, de la culture et du patrimoine des lieux traversés dans le cadre d’une démarche d’identité culturelle. Elle sera également un outil de solidarité au service de l’insertion de nos concitoyens les plus démunis à travers la création de brigades d’écogardes, de haltes de restauration ou encore de cafés associatifs. Elle s’adressera aussi bien aux populations locales qu’aux touristes français et étrangers dans le cadre du tourisme, des loisirs et des déplacements utilitaires.

La création de cette voie douce s’inscrit parfaitement avec la volonté de la Ville de Noyon d’œuvrer en faveur de déplacements respectueux de l’environnement.