La chapelle épiscopale

Contenu de la page : La chapelle épiscopale

La chapelle vue depuis l’ouest. La zone empierrée à droite correspond à la maçonnerie du rempart gallo-romain. Les deux doubles fenêtres obturées de briques sont les seuls vestiges du palais épiscopal du XIIe siècle. A l’aplomb, au centre du cliché, un rocaillage en forme d’arc de décharge a été aménagé pour stabiliser les ruines. L’abside de la chapelle, au second plan, montre encore ses baies à double lancettes surmontées d’un oculus, caractéristiques de l’art gothique naissant.

Historique

Dédiée à Saint-Nicolas, la chapelle date du XIIe siècle. Elle relevait du domaine privé de l’évêque, autrefois en liaison avec son palais et le bras sud du transept de la cathédrale. En 1897, l’édifice est détruit en partie par l’architecte Selmersheim qui souhaitait dégager le flanc sud de la cathédrale. La guerre de 1914-1918 achève de ruiner la chapelle.

Etat actuel

Les travaux de stabilisation des ruines datent des années 1930 et l’édifice, sans couverture, souffre énormément des intempéries (gel surtout). Seules les deux fenêtres de l’ancien palais ont été restaurées récemment (1993). Le rez-de-chaussée du bâtiment et le jardin l’environnant sont actuellement utilisés comme remise à poubelles par le service d’entretien de la ville.

Statut

La ville est propriétaire depuis 1883 et le bâtiment a été classé en 1886 au titre des Monuments Historiques.

Portfolio

Contacts

Services municipaux

Services municipaux

Direction des Affaires culturelles - Service Archéologique et des monuments historiques