Accueil du site > A la Une > Le romantisme français à la (...)

Le romantisme français à la Cathédrale

Contenu de la page : Le romantisme français à la Cathédrale

Célébrons nos grands compositeurs romantiques, le dimanche 27 septembre à 16h en la Cathédrale Notre-Dame de Noyon.

L’Orchestre de Paris & Saint-Germain-en-Laye vous propose de vivre une des grandes symphonies françaises, probablement aussi l’une des plus belles. Voici pourquoi.

Saint-Saëns, compositeur dominant la vie musicale française au tournant du XXe siècle, crée pendant ses années d’exil à Londres une somptueuse Symphonie pour grand orchestre et l’orgue. Cette rareté, ce monument du grand répertoire, est naturellement bienvenu pour célébrer l’orgue, élément central du patrimoine social et spirituel de la ville, si essentiel à notre liturgie depuis des siècles, qui sera joué par Hélène Martin organiste titulaire de la Cathédrale Notre Dame de Noyon.

Mais cette œuvre majestueuse, aussi propice à l’élévation de l’âme que pleine de fougue à d’autres moments, est surprenante à plus d’un titre. Bâtie tout entière sur le célèbre « Dies Irae » - comme le célèbre dernier mouvement de la Symphonie Fantastique d’Hector Berlioz - elle allie force, modernité, élégance et précision pour mettre subtilement en valeur le jeu de l’orchestre et celui du roi des instruments.

D’inspiration apocalyptique, le « Jour de Colère », est un poème écrit sur l’ire de Dieu le jour du Jugement Dernier qui évoque le retour du Christ. Il est aussi une tradition fascinante de l’histoire de la musique, datant possiblement du VIe siècle, intégrée au corpus grégorien dès le XIIIe siècle. Parmi d’innombrables exemples, cette « musique mortelle » servira par la suite les plus grands Requiem. Sa puissance inspirera jusqu’aux chefs d’œuvre du septième art, tels ceux de Stanley Kubrick.

Mais ici, Saint-Saëns nous mène vers la lumière, et malgré le destin vers la vie. Dualité étonnante, permise par son immense talent. L’orchestration elle-même est lumineuse et très vivante. Couleurs, volumes, textures, tout y est. Malgré le poids et la solidité religieuse de l’orgue, elle est naturellement élévation, invitation à la spiritualité… mais aussi emplie d’une fougue impétueuse et positive. Un joyau d’écriture musicale. « J’ai donné là tout ce que je pouvais donner » dira Saint-Saëns à propos de son opus 78.

Fermez les yeux, cette symphonie est l’esthétique romantique à la Française par excellence (trop rarement célébrée dans notre beau pays) et annonce clairement l’impressionnisme, lui-même intimement lié à la Vallée de la Seine.

Participez à cet événement inouï en réservant dès à présent vos places sur https://www.billetweb.fr/romantisme...

PROGRAMME Daniel François Esprit Auber : Ouverture de La Sirène Jules Massenet : La Méditation de Thaïs Maurice Ravel : Pavane pour une Infante Défunte Paul Dukas : Fanfare pour précéder La Péri (commande pour Serge Diaghilev / les Ballets Russes) Camille Saint-Saëns : Troisième Symphonie avec Orgue

Affiche du concert :

-PDF-698 ko