Accueil du site > A la Une > Parole de Noyonnais - Emmanuel

Parole de Noyonnais - Emmanuel Rochas et Thierry Hardier

Contenu de la page : Parole de Noyonnais - Emmanuel Rochas et Thierry Hardier

Emmanuel Rochas et Thierry Hardier, du Foyer socio-éducatif du collège Paul Éluard, nous parlent de l’implication des scolaires dans le travail de mémoire..

Vivre Noyon : quel projet menez-vous avec vos élèves pour commémorer le centenaire de la grande guerre ?

  • Thierry Hardier : Mes collègues et moi-même avons commencé, dès 2008, à sensibiliser les élèves sur la thématique du travail de mémoire. En partenariat avec la Ville et les associations patriotiques Souvenir français et Umrac, nous avons créé un comité chargé de superviser l’ensemble des actions menées. Par le travail de recherches et de visites de lieux chargés d’histoire, les collégiens deviennent les acteurs de ce centenaire et des citoyens responsables qui, on l’espère, voudront d’abord dialoguer plutôt que de se battre immédiatement en cas de fortes tensions. Cela commence d’ailleurs dans la cour de récréation. Ayant découvert des cartes postales sur lesquelles on voit des élèves, lors de l’inauguration du monument aux morts de Noyon le 22 mars 1925, portant des panneaux sur lesquels sont inscrits les noms de soldats morts pour la France pendant de la Grande Guerre, nous avons décidé de le faire à notre tour. En 2014, plus de 250 élèves se sont mobilisés pour défiler. L’année suivante, ils ont porté le nom des combattants de 1915 en plus de ceux de 1914 et ainsi de suite jusqu’à ce 11 novembre pendant lequel 213 Noyonnais vont être célébrés. Au fil de ces quatre années, les élèves ont pu faire des lectures, accompagner le dépôt de gerbes mais aussi chanter à chaque 11 novembre. Cette année, la chorale de Weissenburger s’est mobilisée et a répété pour ce rendez-vous avec les collégiens de Paul Eluard.

VN : D’où ce projet d’ expositionégalement ?

  • Emmanuel Rochas : Plus de 200 élèves, de 3e mais aussi de CM1, CM2, ont travaillé sur Noyon dans la Grande Guerre et ses 213 morts pour la France. Du 8 au 11 novembre au Chevalet, cette exposition présente les fragments biographiques des 213 Noyonnais, âgés de 20 à 30 ans, tués lors du conflit de 14-18. Le public pourra aussi découvrir des témoignages audio, des vidéos, des croquis, des photos sélectionnées à partir du travail des élèves et il pourra participer à des quizz. A noter également que le jeudi 8 novembre à 19h, Noël Genteur, fera une conférence sur Craonne, 100 ans de batailles inachevées.

contact Thierry-Lu.Hardier@ac-amiens.fr

Les propos tenus sont de la responsabilité de leur auteur.